Cycliste puissant sur les pédales.

Il est devenu difficile de discuter cyclisme sans parler de puissance. Aujourd’hui que ce soit à la télévision, au sein du peloton, entre amis que l’on s’entraîne seul, les capteurs et autres accessoires électroniques sont très présents. Tous ces compagnons de route n’ont qu’un seul objectif : nous permettre de progresser.

Arrivés dans le monde du cyclisme dans les années 1990, les différents types de capteurs se sont imposés auprès des professionnels d’abord puis auprès des amateurs en tant que formidable outil de progression. Que ce soit les capteurs, de puissance, les cardiofréquencemètres, les capteurs de cadence ou autres, découvrons ensemble ce qu’ils peuvent vous apporter.

les capteurs en vélo : des outils devenus très populaires

Voyons ensemble comment les capteurs de puissance se sont imposés si facilement à l’entraînement comme en course. 

Notre sélection de capteur de puissance

Afin de vous aider dans le choix de votre capteur de puissance, nous avons établi une sélection de différents capteurs de puissance selon nos retours d’expérience.

La paire de pédales capteur de puissance Assioma Duo : le meilleur rapport qualité/prix !

Les pédales Assioma duo intègre un capteur de puissance.

Avec un prix proche de celui des capteurs de puissance pas cher (environ 600€) mais avec une qualité bien supérieur, la paire de pédale Assioma Duo est incontestablement le capteur de puissance avec le meilleur rapport qualité/prix. 

Avec cette paire de pédale vous pourrez profiter des données très précises au niveau de la  jambe gauche et de la jambe droite : la puissance totale, l’équilibre entre les 2 jambes, l’efficacité du pédalage et sa fluidité. Les données fournies ne sont pas affectées par l’utilisation d’un plateau ovale, leur précision est de l’ordre de plus ou moins 1%.

Très légère et compacte, la paire de pédale Assioma est protégée par un bloc de résine qui la rend très résisante aux chocs et étanche. Compatible avec les cales Look Kéo originales ou les cales Favero, un capteur de cadence est inclus avec les pédales pour une compléter l’ensemble des données. 

Les pédales Assioma existent en 2 versions : UNO (seule la pédale gauche est équipée du capteur de puissance) et DUO (les deux pédales sont équipées du capteur de puisssance).

Le petit plus : le capteur de puissance est équipé de batterie rechargeable lui assurant une autonomie d’environ 50 heures.

Le Garmin Rally RS 200 : le meilleur capteur de puissance !

Les pédales Garmin Rally RS200 sont équipées d'un capteur de puissance.

Il est difficile de parler d’accessoires électroniques sans parler d’un modèle Garmin. Les Garmin Rally se déclinent en plusieurs modèles avec les XC 200 pour Gravel – VTT, et pour les vélos de route les RS 200 (Shimano SPD-SL) et RK 200 (Look Keo).

Tous ces modèles sont interchangeables grâce à des kits de conversion. Aussi vous aurez le choix entre la série 100 qui ne possède qu’une seule pédale équipée d’un capteur ou la serie 200 où les 2 pédales sont équipées.

Incontestablement, il s’agit de l’un des meilleurs produits sur le marché. Beaucoup de données sont mesurées, dotée d’une grande précision, les Garmin Rally RS 200 sont très solides grâce aux matériaux utilisés.

On bénéficie de l’expérience de Garmin lorsqu’il s’agit de la facilité d’installation et d’utilisation, c’est très intuitif. L’étalonnage se fait automatiquement. Les pédales s’inscrivent parfaitement dans l’écosystème Garmin et on ne peut que les recommander à ceux qui sont déjà adeptes de la marque. Outre Garmin Connect vous pouvez connecter l’appareil à Strava pour lire vos mesures d’entraînement.

Nous pouvons vous dire que ces pédales couvrent tous les besoins d’un cycliste à la recherche de capteur de puissance.

Le petit plus : ces pédales détectent les zones où s’appliquent la force pour un réglage optimal de vos cales.

Pourquoi utiliser un capteur de puissance ?

Depuis toujours et encore de nos jours, les entraîneurs et sportifs s’appuient beaucoup sur la fréquence cardiaque du sportif. Mesurée grâce à un cardiofréquencemètre, la fréquence cardiaque donne de nombreuses indications sur l’intensité mais aussi sur l’état de forme du cycliste.

Cependant les données de fréquence cardiaque ne sont qu’un témoin biologique de la performance à un instant T. La FC ne prend pas en compte des éléments tels que la météo, le stress, l’aérodynamisme, et d’autres facteurs encore. De plus, la FC varie sensiblement selon le type d’effort, elle met aussi quelques secondes voir minutes avant de se stabiliser donc la FC n’est pas représentative de l’effort instantané.

Ce n’est pas un hasard si les capteurs de puissance se sont autant démocratisés dans le monde du vélo. C’est qu’il apporte un vrai plus à la mesure de la performance car contrairement à FC, la puissance est un paramètre invariable et instantané.  

Évaluer sa puissance maximale, sa vélocité, étudier le rapport force-vitesse, … Un capteur de puissance est un outil multifonction qui vous aidera à déterminer des zones d’intensité pour adapter vos entraînements et améliorer vos performances. Ce sera un bon compagnon de route également en compétition où vous pourrez mieux gérer vos efforts selon le profil du parcours et des faits de course. Lors de contre-la-montre ou de triathlon, posséder un capteur de puissance est un véritable atout. 

Toutes les données de puissance recueillies en course permettent une amélioration significative des entraînements. Cette amélioration des entraînements vous permettra de réellement progresser pour vos compétitions à venir.

Comment fonctionne un capteur de puissance ?

Lorsque l’on fait du vélo, il faut lutter contre 3 éléments : la résistance à l’air, les résistances mécaniques, la gravité. Ce sont ces 3 éléments qui sont pris en compte dans le calcul de la puissance.

  • La gravité correspond à la force nécessaire pour passer un certain pourcentage de pente.
  • Les résistances mécaniques correspondent aux frottements entre les pièces mécaniques du vélo ainsi que la résistance de frottements entre la roue et le sol. Elle augmente proportionnellement au poids du cycliste, c’est pour cela que l’on utilise beaucoup le rapport puissance/poids. Ces résistances diminuent avec la vitesse.
  • Les résistances à l’air correspondent à la force exercée par un gaz (l’air dans ce cas) sur un corps (le cycliste et son vélo). Ici, plus la vitesse est élevée, plus la résistance est élevée.

Pour simplifier, les capteurs de puissance prennent en compte ces 3 types de résistance dans leur calcul avant de nous transmettre le résultat en Watts. Aujourd’hui, les capteurs de puissance sont quasi tous équipés des connexions Bluetooth et ANT+ cela permet de transmettre les données en temps réel sur des outils électroniques indispensables comme les compteurs GPS.

Il existe 4 principaux types de capteur de puissance. On les retrouve dans différents composants du vélo : 

  • Les pédales capteur de puissance : la mesure de la puissance se fait au plus près du point de pression ce qui permet une grande précision. L’un de ses avantages principaux est la mesure de la puissance développée par chaque jambe. Ce qui permet d’améliorer la technique de son coup de pédale. Deuxième avantage non négligeable, les pédales se montent et se démontent comme des pédales classiques. Elles sont donc très simples à installer. Si vous possédez plusieurs vélos ou un appareil d’entraînement intérieur vous pourrez les changer facilement.
Les capteurs de puissance pédales de la marque Garmin
Pédales capteur de puissance Garmin
  • Les pédaliers capteur de puissance : c’est le type de capteur de puissance le plus utilisé, surtout chez les professionnels car c’est le plus précis. Cependant leurs prix sont aussi les plus élevés. L’autre inconvénient majeur est qu’il est impossible de l’adapter sur différents vélos, son installation est beaucoup plus compliquée car il faudra ici changer le pédalier.
Le pédalier Quarq, capteur de puissance.
Pédalier capteur de puissance Quarq
  • Le capteur de puissance au niveau du moyeu de la roue arrière : il est l’un des premiers à avoir été approuvé par les chercheurs. Son installation est relativement simple, vous pourrez l’utiliser sur plusieurs vélos également. Cependant c’est un dispositif assez lourd.
Capteur de puissance intégré dans le moyeu de la roue arrière.
Capteur de puissance intégré dans le moyeu de la roue arrière
  • Le capteur de puissance installé dans la manivelle : c’est le système le plus simple accessible financièrement et facile d’utilisation. Cependant les mesures sont assez imprécises du fait que seule la manivelle de gauche mesure la puissance avant de multiplier par 2 pour obtenir la puissance totale. L’avantage est sa grande compatibilité avec les autres pièces du vélo.
Capteur de puissance intégré dans la manivelle du pédalier.
Capteur de puissance intégré dans la manivelle

Comment choisir un capteur de puissance ?

Les capteurs de puissance sont de plus en plus accessibles au grand public. Mais choisir le bon capteur de puissance qui nous correspond n’est pas toujours simple. De nombreux produits sont sur le marché avec des caractéristiques différentes. Nous vous proposons un tour d’horizon des questions et critères à remplir pour trouver le capteur de puissance qui vous correspond.

Le budget

Même s’ils sont de plus en plus accessibles au grand public, le budget nécessaire pour se procurer un capteur de puissance reste élevé. Il faudra compter entre 400€ pour les modèles les moins chers et plus de 2000€ pour les modèles les plus chers. Cela représente une grosse fourchette, sachez que de très bons capteurs de puissance peuvent être accessibles à partir de 650€.

Le type de capteur

Ensuite vous devrez vous demander quel type de capteur de puissance vous conviendra le mieux. Pour répondre à cela, combien de vélos possédez-vous ? Allez-vous utiliser le capteur sur vos différents vélos ? 

Si vous souhaitez simplement adapter votre entraînement à des objectifs à venir, tous les types de capteur de puissance peuvent convenir. En revanche, si vous souhaitez orienter votre préparation vers une dimension plus scientifique et précise, vous devrez vous tourner vers les pédaliers, pas de chance ce sont les plus chers. Si vous cherchez plutôt à améliorer votre technique, votre coup de pédale par exemple, vous devrez privilégier des pédales avec capteurs de puissance. 

Le choix du type de capteur de puissance dépend de votre pratique, de l’usage que vous en ferez ainsi que de vos compétences et préférences personnelles.

La compatibilité avec votre équipement

Suivant le modèle choisi, vous devez faire attention à sa compatibilité avec les autres composants de votre vélo. Votre boîtier de pédalier ainsi que la transmission (SRAM, Campagnolo ou Shimano) ne sont pas tous compatibles.

Si vous optez pour un pédalier, n’oubliez pas de vérifier le braquet proposé par celui-ci. Pour trouver le braquet qu’il vous faut, vous pouvez consulter notre article « Qu’est ce que le développement à vélo ? ».

Sachez que la plupart des capteurs de puissance sont pourvus des protocoles de transmission ANT+ et Bluetooth pour vous permettre de retrouver les données en temps réel sur vos compteurs GPS. Toutefois, si vous possédez un GPS Garmin ou Wahoo par exemple, il est intéressant de posséder un capteur de puissance de la même marque pour favoriser la compatibilité et améliorer l’exploitation des données.

Comment travailler avec un capteur de puissance ?

Lorsque l’on parle d’entraînement ou de course en vélo de route, on parle d’un effort d’une durée minimale de 2 à 3h. En triathlon, la partie vélo représente souvent l’effort le plus long de la course. L’entraînement a beaucoup évolué ces dernières années. Les capteurs de puissance fournissent des informations très importantes aux entraîneurs, aux athlètes et pour les plus pros d’entre nous, à la recherche scientifique. Grâce à ces appareils, les entraînements peuvent devenir plus spécifiques, plus précis et incroyablement plus efficaces

De manière simplifiée, la puissance représente la force appliquée aux pédales multipliée par la fréquence de pédalage, ou cadence. Plus on appuie fort sur les pédales et plus on tourne vite les jambes alors plus on développera de puissance.

Certes l’entraînement produit des effets positifs sur la puissance, mais il ne faut pas oublier les qualités intrinsèques du cyclistes, c’est-à-dire ses qualités innées. Selon la morphologie, l’hygiène de vie, les capacités techniques, le niveau de pratique, la puissance développée par les cyclistes est différente. Pour comparer un athlète avec un autre on utilisera le rapport puissance/poids qui s’exprime en W/kg.

Pour donner un ordre d’idée de la puissance développé par les cyclistes on peut prendre ces valeurs sur un effort d’une heure : 

  • Entre 2 et 3 W/kg : un cycliste occasionnel
  • Entre 3,5 et 5 W/kg : un cycliste amateur régulier 
  • Supérieur à 5,5 W/kg : un cycliste professionnel

Lors des étapes de montagne, dans les cols, les vainqueurs produisent un effort supérieur à 5,5 W/kg. A titre d’exemple, Pantani et Armstrong, incriminés pour des affaires de dopage, grimpaient le Ventoux à une moyenne de 416 watts pour environ 6W/kg (Source : Fédération française de cyclisme).

La puissance de Froome lors de l'ascension de la Pierre Saint Martin sur le tour de France 2015.
Froome lors de l’ascension de la Pierre Saint Martin sur le tour de France 2015 a développé un puissance de 5,78W/kg en moyenne.

Pour visualiser sa progression et avoir des données de comparaison, on peut établir un profil de puissance. Pour ceci, il faut effectuer des tests de puissance maximale moyenne sur des durées allant de 30 secondes à 1 heure. L’objectif de la préparation sera alors de faire évoluer ce profil en fonction des objectifs et des échéances prévus. Afin d’effectuer ces tests, il va falloir vous équiper d’un capteur de puissance.

Il est en effet impossible d’établir un profil de puissance en se basant sur des données de fréquence cardiaque. La FC ne permet pas par exemple de mesurer l’intensité d’un effort de type sprint allant de 10 à 30 secondes. Il est cependant très intéressant de comparer l’évolution des données cardiaques avec les mesures de puissance tout au long de la saison.

Les autres types de capteurs

S’il est très intéressant de croiser les données des capteurs de puissance avec d’autres mesures, encore faut-il avoir le matériel nécessaire. Certes les capteurs de puissance indiquent également la cadence de pédalage, mais peut être que vous ne souhaitez pas investir dans un capteur de puissance tout de suite. Les capteurs de cadence sont un bon compromis pour travailler spécifiquement en préservant son budget. Associé à un cardiofréquencemètre, les possibilités d’entraînement et de progression sont déjà immenses.

Les capteurs de cadence

Suunto Bike Sensor : le bon rapport qualité prix

capteur cadence suunto bike sensor

Installation facile, transmission Bluetooth et ANT+ sans fil, compatibles avec les montres Suunto Quest et M-Series, le Suunto Bike Sensor peut se connecter aux différentes applications mobiles dotées des connexions citées précédemment. Très pratique pour l’entrainement en salle sur home trainer ou en VTT, là où la réception GPS est difficile. Il mesure la vitesse, la cadence et la distance de pédalage.

Ce n’est pas le meilleur, mais on est très satisfait au vu du prix.

Le meilleur capteur de vitesse et de cadence Garmin

capteur de vitesse et de cadence garmin 2

Très facile à installer et d’une simplicité d’utilisation déconcertante le capteur de vitesse et cadence 2 est est facile à déplacer d’un vélo à l’autre. Compatible avec les protocoles de transmission Bluetooth et ANT+, vous pouvez transmettre les données sur votre smartphone avec l’application Garmin Connect. Vous pouvez également le connecter avec vos appareils d’intérieur, il s’intègre parfaitement dans l’écosystème Garmin. 

Le capteur de vitesse 2 s’installe au niveau du moyeu de l’une des deux roues de votre vélo tandis que le capteur de cadence 2 s’installe au niveau d’une manivelle pour pouvoir compter les tours de pédale par minute.

Pour préserver votre budget en attendant de passer à un capteur de puissance, Garmin nous propose le meilleur produit du marché.

Les cardiofréquencemètres

Les cardiofréquencemètres vélo, qu’ils soient au poignet (montre et bracelet) ou à la poitrine (ceinture cardio) sont des outils très importants pour la progression des cyclistes.

La ceinture Wahoo Tickr : le cardiofréquencemètre bon rapport qualité/prix

ceinture cardio wahoo tickr

La ceinture Wahoo Tickr est équipée de la double connectivité Bluetooth et ANT+ pour vous permettre de vous connecter à votre smartphone Android ou IOS ainsi qu’à tout autre appareil équipé de ces connectivités. Deux lumières indiquent la détection du rythme cardiaque et la bonne connexion avec un appareil tierce. Avec cette ceinture vous pouvez suivre votre rythme cardiaque, bien entendu, ainsi que les calories brûlées en temps réel. 

Garmin hrm pro : le meilleur cardiofréquencemètre

ceinture cardio garmin hrm pro

Très certainement le meilleur cardiofréquencemètre du marché, cela se ressent sur le prix : il faudra compter plus de 100€ pour pouvoir se l’offrir. En revanche, l’appareil offre une grande compatibilité avec tous les types d’appareils disposant des protocoles de transmission ANT et Bluetooth (application d’entraînement, compteur GPS vélo, montre de sport, etc). Confortable et pratique la montre s’adapte aussi aux sport comme la natation et la course à pied avec une analyse complète de votre foulée.

J’ai réalisé un test complet où je vous donne mon avis sur la Garmin HRM-Pro, la ceinture cardio parfaite.

FAQ

Comment se servir d’un cardiofréquencemètre ?

Pour utiliser un cardiofréquencemètre correctement il faut placer la ceinture au niveau du thorax. Il ne faut pas hésiter à humidifier les électrodes pour favoriser la détection du rythme cardiaque. Bien entendu, au préalable vous devez régler la ceinture de manière à ce qu’elle ne soit pas trop serrée. Idéalement, vous ne devez pas la sentir pendant votre effort. Il peut être utile de prendre contact avec un coach pour pouvoir s’entrainer correctement selon sa fréquence cardiaque.

Quel est le bon rythme cardiaque ?

Le rythme cardiaque varie d’une personne à l’autre. Globalement, la fréquence cardiaque d’un adulte au repos oscille entre 50 et 90 battements par minute. A noter, chez les sportifs, le rythme cardiaque au repos est souvent moins élevé que chez les non-sportifs. Une personne ayant un rythme cardiaque supérieur à 120 battements par minute est au-dessus des valeurs recommandées par les médecins.

Qu’est-ce que la PMA ?

La Puissance Maximale Aérobie (PMA) correspond au maximum de la puissance développée par un sportif selon sa capacité aérobie (VO2 max). C’est un effort que l’on est capable de tenir environ 6 minutes.